Situation géographique et géologique

La région Languedoc-Roussillon se situe dans une aire biogéographique le pourtour méditerranéen que l’on appelle hot-spot (point chaud) de biodiversité : il s’agit d’une zone caractérisée par une grande richesse faunistique et floristique.
Le pays Gangeois s’inscrit au cœur de cette région, entre mer et contrefort des montagnes Cévenoles (Séranne), où l’Homme a aussi façonné ce pays à travers l’agro-pastoralisme. C’est pour sauvegarder cette richesse naturelle et culturelle que l’UNESCO a inscrit les Cévennes au Patrimoine mondial de l’Humanité.

Le paysage aux alentours est largement dominé par la garrigue. De l’étymologie préceltique « garric » (l’arbre du rocher ou le chêne vert), la garrigue est une formation végétale, sur sol calcaire, adaptée au climat chaud et sec. Ce calcaire peut avoir une bonne capacité de « réserve en eau », ce qui explique partiellement la survie de la végétation et certains animaux dans ce milieu sans sources ni points d’eau, même en période de sécheresse.

La richesse de cette région rend difficile la présentation sommaire de la Faune et la Flore des garrigues. Cette richesse peut se traduire par quelques chiffres : la flore est composée d’au moins 700 espèces dont 60 protégées sur le plan national et régional. La faune des garrigues est tout aussi importante : chez les vertébrés cette faune comprend plus de 50 espèces de mammifères dont 15 de chauves-souris, plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux nicheurs (Association CO Gard) dont les trois-quarts sont protégées et 5 inscrites à la directive espèce de l’UE, sans oublier 21 espèces de reptiles et de batraciens. Concernant les invertébrés connus il faut noter 53 espèces de libellules (appelées aussi Odonates) sur les 97 recensées en France, plus de 100 papillons de jour (diurnes), mais aussi scorpions, araignées, phasmes, mantes religieuse...

Des habitats riches en faune...

Ces milieux et ces habitats différents sont le domaine de nombreux oiseaux : la fauvette à tête noire (Sylvia atricapilla), la fauvette mélanocéphale (Sylvia melanocephala), le pouillot de Bonelli (Phylloscopus bonelli), mais aussi du gobe mouche gris (Muscicapa striata), rouge queue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus). Concernant les invertébrés, les papillons tel que le Jason ou pacha à 2 queues (Charaxes jasius), se trouve autour de l’arbousier (Arbutus unedo), sa seule plante hôte (indispensable pour le développement de sa chenille). En forêt, il est possible d’observer les discrètes chouettes hulottes, ou encore les plus menacées les chevêches d’Athéna (Athene noctua). Près des cultures et des granges les chanceux pourront voir s’établir des chouettes effraies (Tyto alba). Toutes trois se nourrissent des rongeurs, et sont de bonnes alliées des agriculteurs contre les pullulations de campagnols. Cependant, l’usage systématique de rodenticides (mort-aux-rats), menace ces deux dernières espèces.

Un autre habitat remarquable dans le paysage gangeois est observable depuis les falaises, comme celles du Thaurac, refuge de nombreuses espèces remarquables qui s’y établissent et s’y reproduisent. En effet, il est fréquent d’apercevoir le circaète Jean-le-blanc (Circaetus gallicus), rapaces reconnaissable à son plumage blanc, qui chasse principalement des reptiles tels que les lézards, vipères, couleuvres etc. Il est aussi possible d’apercevoir des hiboux grands-ducs (Bubo bubo), rapace nocturne majestueux qui niche en falaises. Nombres de petits passereaux sont aussi présents sur les parois calcaires. Comme le tichodrome échelette (Tichodroma muraria) qui chasse les insectes. On ne peut terminer cette présentation sans évoquer les grands rapaces bien sûrs, comme les vautours fauves (Gyps fulvus), moines (Aegypius monachus) mais aussi percnoptères (Neophron percnopterus). Depuis 2012, il est aussi possible d’observer le gypaète barbu (Gypaetus barbatus), car il a été réintroduit dans le massif des Cévennes. Ces quatre espèces de vautour sont adaptées depuis des milliers d’années à recycler les matières biologiques en voie de décomposition. Ainsi le vautour fauve découpe la carcasse avec son bec puissant : il pénètre dans la dépouille et consomme les tissus mous (muscles, foie, viscères..), ensuite intervient le vautour moine qui lui est spécialisé dans la consommation de tissus coriaces (cartilages, tendons, peau..). Les percnoptères eux, se nourrissent de restes laissés par les précédentes espèces, il nettoie la dépouille des derniers restes. Le gypaète barbu finit le travail en se nourrissant des os qui constituent la majeure partie de son régime alimentaire. La totalité de la dépouille, quelle qu’elle soit (animal sauvage ou animal issu de l’élevage), est nettoyée par ces différentes espèces de vautours présentes sur le territoire. Ces espèces constituent ainsi un cortège parfaitement adapté au recyclage total de la matière biologique.

Cependant le vautour percnoptère a un statut particulier dans notre région. Il s’agit du plus petit des vautours, espèce déclarée en danger d’extinction au niveau mondial. Sa situation est préoccupante. Un seul couple est présent dans le département de l’Hérault. Il fréquente la ZPS (Zone de Protection Spéciale) de la Fage - Rieutord - Cagnasses, proche de Montoulieu. Et pourtant sa présence est significative de la bonne santé de nos paysages méditerranéens, certainement grâce à un équilibre entre espaces pastoraux (où il prospecte pour se nourrir de petits cadavres laissés sur le territoire), falaises vierges de toute fréquentation (aires de nidification), activités de nature et tourisme respectueux des territoires empruntés.

L’Hôpital de la faune sauvage et l’assocation Goupil Connexion

Cependant il faut prendre conscience de la fragilité des milieux qui nous entourent, et pour cela de nombreuses actions sont réalisées en pays gangeois.
Quelles sont les actions réalisées localement pour protéger notre biodiversité ? Par qui ? Toute personne concernée peut s’investir pour protéger la biodiversité et l’environnement qui nous entoure.
L’association Goupil Connexion est une association loi 1901 qui a été créée en février 1996 à Brissac, sous l’impulsion de quelques personnes qui souhaitaient connaître et faire connaître les richesses naturelles de leur territoire. L’association compte près d’une centaine de membres, tous bénévoles. Sa présidente est Marie-Pierre Puech, sa trésorière Armelle Simon et sa secrétaire Catherine Audic.

Ses principales activités sont orientées en 3 axes, tous étroitement liés :

  • le partage des connaissances et des richesses de l’environnement, à travers des actions de sensibilisation du public, afin de contribuer à un développement local solidaire, humains comme animaux (exemples de la Nuit de la Chouette, la Nuit Européenne de la chauve-souris, la Fête de la Science, des sorties migrations, oiseaux, insectes, lichens, astronomie et bien sûr le club CPN « les Blaireaux de la garrigue », etc).
  • le soin de la faune sauvage blessée, au sein de l’Hôpital pour la Faune Sauvage Garrigues Cévennes (HFSGC) créé par l’association en 2008 et agrée depuis 2010, qui accueille de plus en plus d’animaux. Cet hôpital s’articule autour du cabinet vétérinaire de Ganges-pour l’accueil, la chirurgie, les soins médicaux des animaux- et sur Laroque, pour la réhabilitation au vol en grande volière, préparation à la remise en liberté. Le bon fonctionnement de cet hôpital est permis grâce à l’engagement de nombreux bénévoles et volontaires.
  • la conservation d’espèces emblématiques du pays cévenol tels que les vautours est primordiale. Pour cela Goupil Connexion accompagne les éleveurs dans la mise en place de placettes de recyclage. Ces placettes aident l’éleveur à se débarrasser des carcasses. Le vautour de son côté, profite de cet approvisionnement en nourriture. L’association Goupil travaille à restaurer ce lien naturel entre cadavres d’élevage et vautours, avec installations autorisées de placettes isolées et clôturées.

Renseignements :

http://www.facebook.com/pages/Goupil-Connexion/173600342778036

http://www.cpn2007.org/

Pacha à deux queues Chevêche d'Athéna Effraie des clochers Falaises du Thaurac Curée de vautours fauves Vautour pernoctère Petit duc scops Relâcher d'un faucon crécerelle Relâcher Grand Duc Relâcher public