Le Parc national des Cévennes reconnu comme réserve de biosphère

L’office de tourisme Cévennes Méditerranée est un point d’information du Parc national des Cévennes par conventionnement.

4 des communes composant son territoire sont en zone d’adhésion (Sumène, Saint julien de la Nef, Saint Matial et Saint Roman de Codières). La Ville de Ganges étant identifiée comme une porte d’entrée de ce territoire.

Pour la boutique du parc cliquez-ici

Sources de cette page : site internet du Parc national des Cévennes. Cliquez ici.

Qu’est ce qu’un Parc National
Un parc national est un territoire reconnu comme exceptionnel de par la richesse de sa biodiversité, la qualité de ses paysages et de son patrimoine culturel. Sur ce territoire, l’Etat met en œuvre des moyens spécifiques de protection.
Les Missions du Parc
Un Parc national a une vocation à la fois de protection du patrimoine et de la biodiversité, d’éducation des jeunes publics, et de mise en valeur de ce patrimoine à travers des activités humaines – agriculture, exploitation forestière, tourisme… - respectueuses de ces espaces naturels remarquables, et qui peuvent concourir au maintien du caractère du Parc.

Réserve de Biosphère
Le Parc national des Cévennes a été désigné réserve de biosphère par l’Unesco en 1985. Le fondement d’une réserve de biosphère est la conciliation entre conservation de la biodiversité, développement économique et social, maintien des valeurs culturelles qui y sont associées.

La géographie humaine
Le parc abrite une population de plus de 70 000 habitants. Leur répartition sur ses 152 communes est contrastée : zones rurales à faible densité d’une part, secteurs sous influence urbaine d’autre part.. Implanté dans une région peu peuplée et soumise pendant plus d’un siècle à un exode intense, le parc connaît un désormais une dynamique migratoire positive, amorcée dans les années 90.

Les grands sites naturels
Le territoire du Parc compte plusieurs sites naturels uniques, dus notamment aux particularités géologiques des différents secteurs. On notera parmi ces sites les gorges du Tarn et de la Jonte ; les grottes - Aven Armand, Dargilan et Bramabiau ; les chaos, comme Nîmes-le-Vieux et le bois de Païolive ; le site des Bondons avec ses puechs caractéristiques.

Les écomusées
Les écomusées du Parc national des Cévennes constituent un réseau de musées et de sentiers d’interprétation du patrimoine de chaque massif (Mont Lozère, Cévenne, Causse et gorges).
A la différence des écomusées que l’on peut découvrir ailleurs, il ne s’agit pas d’un lieu précis (un musée) mais d’un réseau de partenaires.
Le partenariat mis en place doit permettre de conserver la mémoire du territoire, en proposant un système de valorisation du patrimoine fidèle aux attentes des populations locales et des visiteurs.

Ecomusée de la Cévenne
Quatre mots-clés résument l’identité des Cévennes : schiste, châtaignier, soie, protestantisme. Pour mieux comprendre et découvrir cette région, l’écomusée de la Cévenne réunit une dizaine de partenaires qui se proposent de tisser des liens entre les visiteurs et les habitants, entre les musées et les chemins…
Terre du protestantisme et de la révolte des camisards, les Cévennes réservent bien des surprises : richesse minéralogique du sol, empreintes de dinosaures. La production de soie, aujourd’hui arrêtée, a marqué profondément le pays. Le châtaignier, emblème des Cévennes, est présent en quantité sur les pentes schisteuses entre crêtes et vallées…

Paysage cévenol